DM, marque éponyme de la créatrice de mode Dgena, lance fin septembre sa nouvelle collection Luxe. L’originalité de celle-ci : toutes les pièces créées sont issues du surcyclage, appelé plus communément « Upcycling » (fin de rouleaux, chutes de tissus, vêtements chinés en ressourceries, dont des vêtements de particuliers) et réalisées dans les standards de la Haute Couture. Avec cette collection, Dgena montre qu’il est possible de faire du Luxe avec des vêtements et matériaux existants, donnés ou issus de la récupération de tissus ou vêtements.

La pandémie a eu l’effet d’un catalyseur sur l’émergence et la mise en œuvre de son projet artistique. Comme chez de nombreux artistes, la pandémie a fait bouger les lignes. Pour Dgena, cela a été l’occasion d’innover et de repenser son approvisionnement. En effet, quand coudre pour créer est votre passion et que vous ne pouvez plus acheter de tissus, il faut trouver une autre voie. Sensible aux changements climatiques et aux problématiques comme les gens de sa génération associées à la Fast Fashion, Dgena récupérait déjà des chutes de tissus, des fins de série, mais quand cela ne suffit plus, que faire ?

Et là, des idées commencent à se bousculer dans sa tête. Simplistes aux premiers abords mais porteuses de nombreux défis : « Et si je réutilisais des vêtements existants pour créer des pièces Haute Couture ? Et si je mettais ma créativité d’artiste et mes savoir-faire techniques à relever les contraintes que cela pourrait représenter ? ET si, de cette façon, je pouvais apporter ma pierre à l’édifice de la lutte contre la Fast Fashion et la protection de l’environnement ?

Pour relever ces défis techniques et artistiques associés à ce projet, il faut des ressources ! Dgena les a. Elle a passé ses derniers mois à travailler dans son atelier parisien pour sortir cette collection novatrice. Tous ses modèles, elle les dessine, les modélise et les coud elle-même. Elle conçoit aussi bien pour l’homme que pour la femme ce qui fait d’elle une couturière accomplie.

Elève du maître d’art Franck Sorbier depuis 2018 (seul Maître d’Art de la mode), Dgena est sortie major de sa promotion ESMOD International en 2019 avec l’Aiguille d’Or.

Elle recherche l’excellence du geste, du faire et du savoir-faire dans toutes ses créations. D’ailleurs, le Gouvernement Chinois ne s’y est pas trompé en la sélectionnant en octobre 2019 pour représenter et ainsi promouvoir les savoir-faire de la Haute Couture française lors de la Fashion Week de Shanghaï et du deuxième congrès international du Textile à Xequio.

Choisir le thème de la Renaissance française et italienne pour lancer une collection « Upcycling » de luxe, permet à Dgena de frapper fort les esprits. Son objectif : « que les gens se disent : ce n’est pas possible, elle n’a pas pu utiliser de vieux vêtements pour faire cela » et pourtant, à la surprise générale, c’est ce qu’elle a fait ! Le résultat en est époustouflant.
Pourquoi cet objectif ? Parce que la jeunesse marque toujours les esprits, et elle aura marqué les consciences, voire peut-être, l’espère-t-elle, contribué à faire bouger les lignes. Comme tout artiste, elle cherche à émouvoir. Quand elle décrit son art, Dgena dit « qu’elle réinterprète le vêtement en s’inspirant du monde urbain dans lequel elle vit ». La mixité est un sujet qu’elle travaille « à bras le corps » : mixer les genres, les cultures, les milieux, les traditions, les matières….

Avec sa collection, elle rapproche deux mondes apparemment totalement opposés : La Haute Couture et le réemploi de vêtements (neufs, déjà portés, …) ! Cela va en décoiffer plus d’un mais cela va aussi permettre de mettre en lumière les besoins – humains et financiers – d’un secteur en pleine évolution qu’est le surcyclage.